Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Mobilisation pour tous les aidants : près d'un sur deux travaille

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 06/10/2021

0 commentaires

6 octobre : c’est la journée nationale des aidants, dont agevillage est partenaire.

L’occasion de nouveaux chiffres, d’actualiser les baromètres et les profils des proches aidants.

Le chiffre 2021, c’est 39 ans, à savoir l’âge moyen d’entrée dans l’aidance (étude réalisée par l’institut Viavoice pour l’Ocirp).

Un âge où l’on est en situation de travailler… dans toutes les entreprises, tous les secteurs d’activité et donc dans le secteur médico-social aussi.

Et les cordonniers sont ici aussi les plus mal chaussés : découvrir le microcosme, les sigles, les acteurs pour tricoter le réseau d’aides autour de son proche (grâce à l’annuaire d’agevillage), mobiliser ses compétences de soignant, oser parler d’argent, savoir prendre soin de soi… voir les conseils de la rédaction pour passer de professionnel de la géronto à proche aidant.

Les entreprises sont un des leviers de la reconnaissance du rôle d’aidants. Des groupes privés comme Domus Vi investissent ainsi différentes formes d’habitats avec services d’aides et de soin en appui comme les Advita Haus en Allemagne. Voir aussi la pluie de prix et récompenses pour tous ces acteurs de terrain qui aident à vieillir debout, chez soi, quel que soit son domicile. Voir aussi toutes ces approches non médicamenteuses qui viennent outiller la réflexion et l’action sur la notion du temps. C’est le thème de notre colloque annuel Agevillage/​Humanitude : Vous avez l’heure, nous avons le temps…” les 4 et 5 novembre prochains à Paris.

Mais l’enjeu reste la prise de conscience des enjeux et des moyens associés.

Une responsabilité sociale des entreprises qui inspire les acteurs de l’aide à domicile
.

Mais de l’Uniopss à la Fédésap en passant par la Fehap et Nexem, les professionnels se mobilisent tous azimuts pour trouver des solutions face aux manques de reconnaissance, aux difficultés de recrutement, aux inégalités salariales.

Des réalités qui auraient mérité une vraie loi Grand âge — autonomie — générations solidaires. 

Des réalités qui sont prises en compte dans le PLFSS 2022 mais pas au point de revoir la gouvernance, les modes de financements dans lesquels intégrer un jour la notion de parcours, la prévention, les indicateurs médico-économiques face aux coûts de la non-qualité, au paradoxe des équipes compétentes (dont la qualité du prendre soin risque d’impacter les seuls GMP/PMP).

Parce qu’un jour ou l’autre, nous serons tous aidants.

Partager cet article
Tags