Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Monter un espace éthique qui infuse la culture et les pratiques

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 3 min

Date de publication 09/02/2022

0 commentaires

En pleine déflagration du livre Les fossoyeurs de Victor Castanet, la Fondation Korian a maintenu ce 27 janvier un plateau sur l'éthique en pratique. L'occasion de saluer l'arrivée de Marie-Anne Fourrier qui succède à Aude Letty en tant que déléguée générale de la fondation. Suite à une étude des pratiques éthiques dans les Ehpad du groupe, le conseil scientifique de la fondation propose une forme de boîte à outils, un cahier des charges pour que chaque Ehpad déploie son propre espace éthique.

Vous avez-dit éthique ?

Fabrice Gzil, philosophe, directeur adjoint de l’Espace Éthique Île-de-France, a rappelé cette définition de l’éthique : c’est un questionnement sur le sens et la visée de nos actions individuelles ou collectives et aussi un engagement, une pratique, une manière de faire, sous-tendus par des valeurs et des principes.

Fabrice Gzil salue ce terme d’ Espace éthique” à l’instar de celui d’Île-de-France : ouvert, qui diffuse, creuset de réflexions. Il s’alimente et se nourrit des pratiques. La réflexion aide à les renouveler. 

Serge Guérin, sociologue et président du Conseil scientifique de la Fondation Korian, souligne que l’éthique n’est pas la perfection mais un souci vigilant, accepter que tout ne soit pas 100 % parfait, se confronter au réel. 

Il traduit l’éthique comme la vie bonne” qui se confronte aux difficultés, aux situations complexes en prenant le risque de mesurer l’immesurable.

Les équipes n’ont pas attendu les éthiciens pour agir.

Fabrice Gzil rappelle que l’éthique ne peut être apportée aux équipes de l’extérieur, par de doctes leçons… mais des experts de l’éthique sont intéressants pour favoriser le questionnement, apporter du vocabulaire, des chemins, des ressources sur une réflexion, une situation.

Ainsi rester centré sur les situations concrètes peut épuiser un comité éthique qui a besoin de plusieurs modalités de réflexion.

Espaces, lieux, temps dédiés et ressources éthiques à mobiliser

Fabrice Gzil invite à identifier des espaces propices à cette réflexion éthique. Il faut s’en donner les moyens, repeindre un lieu dédié” souligne Gilles Berrut, professeur en gériatrie, président du Gérontopôle de la Loire, conseiller et membre du conseil scientifique de la Fondation Korian.

La démarche demande de trouver le temps : de planifier, de déterminer la durée et de s’y tenir, avec rigueur.

Une intervention extérieure est possible voire recommandée à partir des ressources éthiques locales, nationales.

A l’issue de ces rencontres, un compte rendu sera rédigé, communiqué avec peut-être des suites à déployer.

Vers un cahier des charges d’espaces éthiques chez Korian

Une étude a été menée auprès des Ehpad du groupe sur leurs modes actuels de réalisation d’espaces éthiques. 

Les établissements qui les déploient en équipes pluridisciplinaires, avec les habitants et les familles, ont constaté des effets positifs notamment en situation de crise (covid) pour rassurer, développer la confiance et aussi faire évoluer les pratiques.

Les limites constatées sont les contraintes de temps (particulièrement pour mobiliser des experts extérieurs sachant que la parole est plus libre avec un intervenant externe), la difficulté à mobiliser des participants, l’appréhension d’animer une réunion sur un thème pas toujours maîtrisé. 

Un gros frein est le sentiment d’une réunion de plus”, sans suivi, sans suites, sans traductions dans l’évolution des pratiques. Aux directions de se saisir des remontées pour avancer.

Parmi les enseignements de l’étude, on note l’intérêt de mobiliser les habitants, les proches via un questionnaire préalable, réfléchir à des instances inter-établissements pour croiser les regards, former les intervenants.

Le groupe Korian retient le mot espace” libre, sans frontière, sans murs, qui peut se décliner à l’envi en comités, en valorisant les ressources des équipes.

Parmi les incontournables, il est proposé de présenter le lancement de l’espace éthique via une journée éthique dédiée. Une première réunion définira les règles de fonctionnement de ces réunions en complément du conseil de la vie sociale.

Une aide extérieure est recommandée pour l’animation de ces échanges par un professionnel formé (même s’il est interne à l’Ehpad). Le thème de chaque rencontre sera soit centré sur une situation complexe (vie/​fin de vie, maintien dans la maison/​départ) ou sur un thème plus général (bientraitance, liberté d’aller et venir, ouverture aux familles…).

Le groupe mettra à disposition les ressources du territoire (espaces de réflexion éthique régionaux) et l’expertise d’une instance éthique du groupe.

Le groupe Korian va proposer un cahier des charges aux Ehpad pour que l’éthique fasse partie de la respiration du travail quotidien avec des temps forts identifiés” souligne le professeur Berrut.

Retrouvez le 26eme Plateau de la Fondation Korian sur l’éthique en pratique.

Partager cet article