Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vie sociale & projet de vie

Quelles solutions pour ouvrir une boutique en Ehpad ?

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 2 min

Date de publication 18/08/2021

0 commentaires

Et soutenir l’autonomie des résidents

De l’argent de poche des écoliers à l’émancipation financière des femmes dans les années 1960, l’argent – et la possibilité de le dépenser comme bon nous semble – est un outil clef de l’autonomie. C’est dans cette optique que des Ehpad font le choix d’ouvrir une boutique, permanente ou éphémère, fixe ou ambulante en leurs murs.

« J’ai travaillé toute ma vie et maintenant je n’ai plus rien » : une remarque qu’il n’est pas rare d’entendre en Ehpad. « Et de penser je n’ai plus rien” à je ne suis plus rien” il n’y a qu’un pas souvent franchi », pointe Philippe Crône, concepteur des formations Humanitude vie sociale.

Mais quand on vit en Ehpad, quand les possibilités de sortir sont limitées, par le contexte ou par la mobilité, où dépenser l’argent que l’on pourrait posséder ?

Pour les établissements, plusieurs solutions possibles. Certains ouvrent une boutique fixe, où sont vendus douceurs, articles de toilette ou de loisirs.

D’autres optent pour une boutique ambulante, un chariot qui se déplace à intervalle régulier de chambre en chambre. Une solution adoptée par Philippe Crône lorsqu’il était animateur dans les années 1990

Parmi les règles d’or qu’il avait alors instaurées, « frapper aux chambres et ne rentrer que si on était invité (le service est facultatif. Ça a la vertu de repositionner le domicile et de redonner aux résidents le pouvoir de décider) », souligne-t-il.

L’hirondelle prend son envol

Nathalie Yves, une ancienne de l’industrie textile du nord de la France, a imaginé un concept de boutique clef en main pour les établissements.

Une boutique nomade, éphémère baptisée le Comptoir de l’hirondelle, qui voyage depuis 2019 dans les Ehpad de la région.

Malgré l’arrêt des sessions shopping pour les résidents suite à la fermeture des Ehpad, le Comptoir de l’hirondelle a continué de développer ses activités en 2020.

Nathalie Yves propose désormais une ligne de vêtements à sa marque, adaptés aux personnes en situation de handicap, mais aussi d’adapter les vêtements déjà possédés par les résidents et cherche à développer son concept sous forme de franchise.

Objectif : cinq franchisés en 2021, un pari en passe d’être gagné. 

En attendant, le Comptoir de l’hirondelle commence à revenir en Ehpad, et contribue à nouveau au plaisir des résidents et à leur autonomie.

A lire aussi : Et pourquoi pas ouvrir une boutique en Ehpad ?

Partager cet article