Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Si limitation : penser compensation

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 10/02/2021

0 commentaires
Pour toutes les limitations

Si la limitation de la liberté d’aller et venir s’impose en cas de contamination par variants émergents qui demande un isolement de 10 jours : la question centrale est comment compenser concrètement, physiquement ? Quelle stratégie, quels moyens mobiliser, en interne, en externe, sur le territoire, auprès des proches, via les technologies ? Comment évaluer le sentiment de solitude des résidents d’Ehpad pour mieux y remédier ?

Si le vieillissement rime dans la tête de notre société âgiste à limitation voire arrêt de la sexualité : quelles suggestions, animations proposer pour cette Saint-Valentin 2021 ?

Si les limitations cognitives entravent les capacités, ces dernières ne sont pas toutes atteintes. Et on le sait, les émotions sont mobilisées jusqu’au dernier souffle. Comment mobiliser la culture pour mieux accompagner les personnes atteintes de maladies neuro-évolutives comme Alzheimer ?

Si l’âge est une source de discrimination, de limitation de l’accès aux droits, quelles sont les pistes pour lutter contre le poison de l’âgisme, démultiplié en ces temps de crise sanitaire : voir les éclairages de la députée Audrey Dufeu-Schubert et du psychologue Stéphane Adam ?

Si nous ne considérons plus les plus âgés comme des nous-mêmes”, comment éviter leur réification ?

Si limitation des droits des personnes plus âgées a été au cœur de l’engagement du Professeur Moulias qui vient de nous quitter. Sa mobilisation jusqu’au bout est un exemple et une source d’inspiration pour tous les professionnels de la gériatrie et la gérontologie. Nous adressons nos sincères condoléances à ses proches.

Chaque limitation, chaque contention (sous quelque forme que ce soit) demande une compensation de même durée, de même intensité. Sinon nous ne respectons pas les droits des personnes aidées, nous ne respectons pas nos valeurs professionnelles. Nous le savons, et nous fuyons ces prendre soin qui ne correspondent pas à nos valeurs.

Merci aux pionniers comme le Pr Moulias.

Merci à vous tous qui partagez vos réflexions mais aussi vos initiatives pour aider à vieillir debout, jusqu’au bout, malgré tout.

Partager cet article