Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Un million de candidats à trouver d’ici 2030 !

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 27/10/2021

0 commentaires

Entre le plan Métiers du grand âge qui vise 350 000 postes à pourvoir d’ici à 2025 et les 700 000 salarié.e.s qui doivent partir à la retraite dans les huit prochaines années selon les professionnels du domicile… nous sommes devant un million de candidats à trouver en moins de 10 ans !

Comment faire quand l’image du grand âge, des établissements et des services qui lui viennent en aide, reste négative ? Comment faire face à la pénurie de candidats qui sévit partout au point que 20% des lits ferment dans le sanitaire, que 40 à 50 % des nouvelles demandes dans les services aux domiciles ne sont pas pourvues ? 

Des palmarès apportent un coup de projecteur sur ces structures et on voit le besoin de labels, de certifications pour outiller et valoriser ces métiers du lien. Comme un grand besoin de marque employeur” pour attirer et garder les talents.

Des guides, des recommandations, des outils fleurissent pour soutenir les professionnels de première ligne. Voir cette semaine ce livre sur l’accompagnement des décès en établissement de soins, qui nécessite un vrai niveau de professionnalisme. Les professionnels viendront se ressourcer sur les enjeux du temps : Vous avez l’heure. Nous avons le temps…” lors de notre prochain colloque Agevillage/​Humanitude sur les approches non-médicamenteuses les 4 et 5 novembre prochains à Paris. La soirée du 4 novembre est ouverte au public avec la remise de huit Labels Humanitude et la dédicace de mon nouveau livre sur ces pionniers.

Sur les territoires, 20 plateformes et un accord-cadre pour engagement de développement de l’emploi et des compétences (Edec) vont soutenir l’attractivité des métiers.

Tous les professionnels s’accordent sur la nécessité de moyens supplémentaires pour prendre soin des situations de vulnérabilité complexes avec des professionnels formés, soutenus, managés.

Faute de loi Grand âge-autonomie, faute de financement de la 5ème branche de protection sociale pourtant votée, le plan de relance et le PLFSS 2022 tentent de répondre aux attentes du domicile, des établissements. Or comme l’ODAS, chacun craint que les relais financiers des départements ne suivent pas.

Devant la transition démographique mais aussi numérique et écologique qui s’annoncent, et si la santé, le vieillissement n’étaient plus perçus comme des coûts mais comme des investissements, des sources d’emplois, de richesse humaines indispensables pour chaque territoire, pour la République ?

Le futur Président devra proposer des solutions face à ce million d’emplois à pouvoir.

Un gisement de magnifiques métiers du lien : quel beau défi !

Partager cet article
Tags