Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Cadre juridique : incontinence et responsabilité - Un cas concret pour exemple

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Un cas concret pour exemple

L’incontinence, définie par le Petit LAROUSSE comme l’évacuation involontaire de selles ou d’urine, peut être diversement traitée. Lorsque les traitements thérapeutiques (médicaments locaux ou traitements hormonaux) ou la rééducation ont échoué, le geste chirurgical peut être envisagé. Il consiste, notamment dans les cas les plus lourds, à l’installation d’un sphincter artificiel, qui permet à la personne, par le biais d’un réservoir interne qu’elle actionne, de contrôler l’évacuation de la vessie, procurant ainsi confort et fins des mictions impérieuses et incontrôlées. Le suivi de la personne doit alors être diligent, les manquements ou les négligences pouvant être

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet