Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Outils : nutrition

Nutrition et cicatrisation : prise en charge spécifique

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Si la dénutrition et l’amaigrissement sont des facteurs inducteurs de l’escarre, des apports alimentaires insuffisants en phase de cicatrisation vont ralentir, voire perturber, le processus de cicatrisation ; d’où une indispensable prise en compte du facteur nutritionnel dans le soin global d’une escarre.Augmentation des besoins nutritionnels lors de la cicatrisation Le processus de cicatrisation entraîne un hypercatabolisme et une déperdition protéique au niveau de l’exsudat qui augmentent fortement les besoins de l’organisme, notamment en protéines. L’intensité du processus est proportionnelle à la sévérité du dommage corporel donc plus la plaie est importante, plus la perte est élevée et

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet