Agevillage
  >   Actualités  >     >   "Prévenir les maladies...

"Prévenir les maladies et promouvoir la santé", revue Gérontologie et société, n°125, FNG


Partager :

Revue de gérontologie et société n°125 : prévenir les maladies et promouvoir la santéLa tâche n'est pas de combattre le vieillissement, ni de le nier, ni de le fuir. Elle n'est pas davantage de le subir dans la résignation et l'amertume, le regret ou la révolte. Elle est de le regarder en face, de discerner ce qu'il nous apporte et nous enlève ; elle est de l'accueillir, de l'interpréter et de le conduire, de chercher à saisir et à exploiter les chances qu'il nous offre, autant qu'à parer les coups qu'il nous porte et à compenser ceux que nous ne pouvons éviter ; elle est de continuer à projeter, à espérer, à entreprendre" Philibert, 1977.

Vaste programme,
signale Bernard Cassou en fin de cette citation qui conclut son article-titre dans la revue n° 125 de "Gérontologie et société. le souligne aussi Comme le souligne aussi souvent Geneviève Laroque, présidente de la FNG, il y a deux façons d'envisager la santé au cours de l'avance en âge. On peut focaliser sur les déclins et pertes fonctionnelles qui peuvent accompagner le vieillissement et qu'il faut prévenir. On peut aussi identifier les ressources et potentialités qui demeurent vivantes et les promouvoir pour maintenir, conserver une autonomie et ainsi une qualité de vie satisfaisante dit Bernard Cassou. "Le danger est d'en privilégier l'une au dépens de l'autre"

Activité de travail respectant le fonctionnement humain, logement adapté aux capacités, revenus suffisants, accès à des services de proximité, sont des conditions tout aussi essentielles d'un vieillissement en bonne santé.
Ne pas tomber malade ou "fonctionner" au mieux sans déranger ni famille, ni voisins, ni société ou bien alors profiter de ses capacités pour découvrir et prendre plaisir. Le champ de la santé ne peut être limité à aux actions préventives qui ne visent qu'à permettre d'atteindre les deux premieres dimensions estime Bernard Cassou. 

Dans leur article intitulé "La lutte contre le vieillissmeent, Jcqueline Trincaz, Bernadette Puijalon et Cedric Humbert , par un détour historique, estiment pour leur part que  parce qu'elle a été assimilée à la maladie (la vieillesse) "les techniques qui visent à prévenir la vieillesse ne débouchnet pas sur sa promotion qui tendrait à développer les capacités vitales de la personne. Au contraite, disent-ils, on aboutit à une négation de la viellesse vue comme dégradante".

Dans son éditorial Geneviève Laroque d'emblée donne le ton "Tenter de prévenir l'avance en âge est évidemment absurde : prévenir la vieillesse, c'est mourir ! Une priorités des sociétés modernes est plutôt de se préoccuper de prévenir certaines modifications afin d'assurer une meilleure qualité de vie, une sané globale plus satisfaisante. 

La prévention a-t-elle autant d'intérêt dans le groupe d epopulation âgée que dans celui des adultes jeunes ?
Quelle peut-être la nature des actions préventives pour les plus âgés ? 
Quels objectifs de santé peut-on poursuivre ?
Quels sont les avantages et les limites, voire les inconvénients de ces mesures pour ce groupe d'âge ?
Telles sont les questions abordées dans ce numéro de Gérontologie et société. 

Consulter le sommaire

Tarif 25€
Pour commander : www.fng.fr


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -