Agevillage
  >   Actualités  >     >   Evolution des établissement...

Evolution des établissements vers des milieux de vie : une question d'exemplarité et de volonté dit Rose-Marie Van Lerberghe


Partager :

Rose-marie Van Lerberghe, Présidente du Groupe Korian a été invitée à s’exprimer à la table-ronde sur le thème « Milieux de vie au quotidien », lors du colloque international sur « Les approches non-médicamenteuses de la maladie d’Alzheimer organisé par IGM-France et Agevillapro.com. ».

Le groupe Korian a entrepris de modifier l’organisation de ses EHPAD afin d’en faire de véritables « milieux de vie ». Les responsables du Groupe ont estimé que la "Méthodologie de soin Gineste-Marescotti" représentait un une porte d’entrée vers la conception de ce lieu d’accueil et de vie souhaité et susceptible de favoriser pour les résidents et leurs familles autant que pour le personnel bien être.

« L’exemple doit venir du haut » estime Rose-Marie Van Lerberghe. Aussi a-t-elle elle-même suivi la formation dite Humanitude.
Elle décrit ce que sont à ses yeux les conditions de la réussite  : exemplarité et volonté de concilier la nécessaire prise en charge médicale avec ces approches, volonté aussi de maintenir l’action dans le temps par la responsabilisation de référents, volonté encore d’organiser différemment le travail, appropriation des approches dans le projet d’entreprise.
Ecoutez la video

Rose-Marie Van Lerberghe insiste sur la nécessité qui s’impose de « reconnaissance d’un vrai professionnalisme » dans le prendre soin des personnes âgées fragiles et malades.
Elle déplore que la qualification soit trop « reliée au niveau académique ». Elle revient sur le déficit de connaissances, notamment relatives à la maladie d’Alzheimer, observé chez les soignants et sur l’importance d’une meilleure compréhension de l’impact de la maladie sur les actes du quotidien : « La personne ne sait plus marcher mais elle peut encore marcher si on l’y incite, l’accompagne ». Au delà d’une meilleure connaissance, des compétences adaptées sont nécessaires. « Il faut imaginer des organisations qui tiennent compte des compétences acquises au delà de la formation de base et de la qualification. »
S’agissant de bientraitance,  « elle n’est pas naturelle mais bien professionnelle » dit la Présidente du Groupe Korian.
Ecoutez la video




Le Docteur Laurence Luquel et Isabelle Agostino de l'Hôpital gératrique des Magnolias (Essonne) ainsi que Nicole Camboulive et Valérie Fontaine du Centre d'accueil de jour de la Maison de l'amitié d'Albi participaient aussi à cette table ronde pour témoigner de leurs expériences respectives. Nous reviendons sur leurs interventions.

Retrouvez aussi notre article "Apprendre à s'occuper des plus fragiles", la synthèse du colloque 2006 "Des milieux de soins vers des milieux de vie" organisé par Agevillage et IGM France.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -