Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Le poids des mots, le choc des réalités de terrain

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 07/04/2021

0 commentaires

Le poids des mots…

Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde”. Cette citation de Camus est le moteur du long travail d’un an et demi mené par des chercheurs et des professionnels de terrain du secteur sanitaire, social et médico-social au sein de la commission de lutte contre la maltraitance et promotion de la bientraitance pour définir un vocabulaire commun, lisible.

Il nous invite à nous rendre compte que parler de personnes fragiles et vulnérables est moins juste que de parler de personnes en situation de vulnérabilité“

Il nous invite à cerner si une personne est maltraitante, quand, comment…

Les mots aident à réfléchir avant d’agir.

Face au choc des réalités de terrain

Quel vocabulaire commun pour réfléchir ensemble, comprendre, prendre soin de situations ultra-complexes comme ces maladies neuro-évolutives jusqu’au bout de la vie (en cette veille de la journée mondiale Parkinson où le héros de Retour vers le futur Michael J Fox nous raconte sa maladie dans son métier d’acteur).

Quel vocabulaire face à cette crise sanitaire qui perdure, malgré la vaccination, avec ces cas de covid + à accompagner chaque jour ?

Quel vocabulaire entre collègues” du soin, du management, tous centrés vers le bien-être des personnes aidées et les valeurs des métiers du lien, comme le souligne l’aide-soignante Florence Braud enregistrée pour les podcasts médico-sociaux. 

Les aides-soignants notamment sont en première ligne des réalités de terrain. Ils sont en attente de clarification de leur formation initiale, continue, de leur évolution de carrière vers des missions de coordination qui s’expérimentent.

Comme les aides aux domiciles, ils attendent des revalorisations salariales
qui si elles sont actées n’en restent pas moins questionnées au regard des enjeux de la révolution de la longévité partout sur les territoires : avec des logiques de parcours et des solutions pour optimiser les recours aux urgences hospitalières, avec des logiques de rapprochements de gestionnaires entre ESMS comme nous l’explique Olivier de Vienne cette semaine.

Pour aider à vieillir debout.

Une promesse, un rêve, un espoir, voire un choc face aux impensés, face aux sentiments d’impuissance.

Aidons-nous de ce vocabulaire commun pour faire face et avancer ensemble dans des solutions alignées à nos valeurs.

Partager cet article
Tags