Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

L’EHPAD demain : des pistes ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 24/02/2021

2 commentaires

[Tribune] Le monde de demain, par le Dr Bernard Pradines

Question incongrue pour qui pare au plus pressé. Vite le statu quo ante ! Pourtant penser n’est-il pas indispensable quand le besoin d’EHPAD* se perpétue nonobstant décès par pandémie, difficultés d’embauches de personnels et maintien ardu de relation habituelle entre résidents et familles ? Les propositions ne manquent pas. Vous en trouverez sur ce site en tapant « EHPAD demain ». Je souhaite insister sur certains

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Bernard Pradines

Bonjour Monsieur Caro,
Je suis impressionné par la manière dont nous abordons ces problématiques. Souvent, c'est du point de vue de notre expérience personnelle, familiale et éventuellement professionnelle. Il me semble que deux grandes tendances se dégagent : soit on souhaite des lieux de vie démédicalisés et on risque de rejeter toute proposition visant à assister les personnes âgées au prorata de leurs pathologies et de leur dépendance. Soit on a été témoin de pathologies graves presque toujours accompagnées de dépendance fonctionnelle progressive et l'on prêchera pour le maintien de structures adaptées à ces situations. Pour parler de manière triviale, je dirai que les uns sont préoccupés de la persistance de structures hospitalières réputées technicisées et déshumanisées, incurables au titre de lieu de vie désirable. D’autres s’inquiètent de la démédicalisation croissante des EHPAD alors que ceux-ci évoluent vers la clientèle des USLD. Tant les deux situations requièrent des propositions différentes. Tant nous nous projetons dans des situations qui nous conviennent, pas forcément dans celles que nous vivrons et qui nécessiteront des réponses adéquates.

Caro Pierre

Bonjour Docteur Pradine,

Lorsque Joëlle Le Gall, voici quelques jours, m'a dirigé vers vous, vous m'avez posé votre préoccupation sur l'EHPAD demain, et je lis, aujourd'hui, le titre de votre participation à Agevillage Pro... auquel je n'ai pas accès n'étant pas professionnel.
Je travaille également avec l'Alliance Internationale des Habitants, l'habitat est important dans le long temps du vieillissement, et je viens, à la suite de la dernière visioconférence de proposer cette réflexion que je vous mets en copie :
De ce que j'ai entendu, fort intéressant au cours des échanges avec vous, peut-être il faut penser lieu de vie avant habitat de vie, les environnements, mon expérience, entrent pour une part aussi importante. Nous devons considérer que nous sommes tous "propriétaires" d'une surface de notre planète où nous avons le droit de vivre en paix.
Rapidement cela changerait notre approche pour mieux comprendre la nécessité des logements sociaux propriétés de l'Etat qui à la responsabilité de ses citoyens
Pour m'être investi des années auprès des gens du voyage par exemple, leur problème n'est pas l'habitat mais le terrain autorisé pour leur stationnement en état de salubrité.
De même pour les sans abri, auprès desquels je me suis également investi, ce n'est pas une tente ou un hôtel le plus essentiel, c'est leur liberté de s'installer là où ils ne dérangent personne et ne sont dérangés par personne
S'agissant de "penser les EHPAD de demain, nous devons "oublier" les situations actuelles, notre société change trop rapidement depuis ces dernières décennies : environnements, relations aux autres, politiques humaines, sociales, sociétales, professions et monde du travail, communications et outils numériques ... nous ne pouvons plus changer comme on rechape un pneu pour le faire durer quelques kilomètres de plus.
Nous devons penser ... après demain, demain c'est déjà trop tard et, c'est la question que je viens de soumettre à quelques uns de mes amis de réflexions/actions sur les conséquences d'un long vieillissement dans une société mondiale où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés : comment aimerions nous bien vieillir longtemps en ... 2050 !
C'est une métamorphose qu'il faut entreprendre : passer d'EHPAD à lieu de vie en vieillissement, comme la chenille passe en papillon s'élevant vers la liberté de choisir sa vie ....
Je demeure à votre disposition, je fais des échanges l'un de mes outils d'apprentissage tout au long de la vie
Respectueusement votre
Pierre Caro retraité professionnel