Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

"Les fossoyeurs" vont-ils imposer le vieillissement dans la campagne électorale ?

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 26/01/2022

0 commentaires

Est-ce que le livre de Victor Castanet chez Fayard, dont la virulence de son titre Les Fossoyeurs dénonce la lucrativité d’entreprises gestionnaires de maisons de retraite, va imposer le vieillissement dans la campagne électorale ?

Est-ce que cette enquête fouillée, ces témoignages de lanceurs d’alertes vont faire avancer la situation ultra-tendue de ce secteur ? 

Comment y croire au lendemain du énième report de la loi Grand âge, d’articles ciblés du PLFSS 2022 retoqués par le Conseil constitutionnel, au lendemain cette semaine de la parution d’une étude de la Haute autorité de santé sur 1081 EIGS (événements indésirables graves en santé) et les enseignements pour les prévenir, les éviter.

Les premières réactions gouvernementales sont le lancement d’enquêtes envers le groupe Orpea particulièrement visé par le livre. Son cours en bourse a dévissé comme celui des autres groupes gestionnaires cotés.

Les vieux briscards de la gérontologie connaissent la chanson : des enquêtes, des rapports… et quelles avancées sonnantes et trébuchantes pour un secteur notoirement sous-doté ? 

La Drees estime que d’ici à 2030 il faudrait construire l’équivalent de 108 000 places d’Ehpad pour l’arrivée aux âges avancés des babyboomers. Qui les construira, les gèrera ? Avec quels repères qualité opposables, quels moyens, quels contrôles indépendants ? 

Est-ce que les 37,5 millions pour améliorer l’offre de résidences autonomie et le développement de tiers lieux suffiront ? Est-ce que notre pays est prêt à investir dans le virage domiciliaire avec 25 000 places supplémentaires de Ssiad soit 82 000 ETP à recruter d’ici à 2030 pour le domicile selon la Cour des Comptes ?

Est-ce que de magnifiques projets comme des Ehpad Maisons gourmandes et responsables sauront remotiver, rassurer, attirer des professionnels en perdition ? 

Est-ce que nous allons vraiment adapter notre société à son vieillissement ?

2030 c’est demain.

Les lanceurs d’alerte viennent secouer les non-décisions, les reports, les sentiments d’impuissance.

Les professionnels de première ligne ne supportent plus d’endosser les mauvais rôles, les retards endémiques politiques, nationaux et locaux.

Est-si leurs voix, et celles des personnes qu’elles accompagnent, portaient ? 

Partager cet article