Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Postes vacants ça ne rime pas avec licenciements

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 21/07/2021

0 commentaires

En cet été 2021, partout sur les territoires, les établissements, les services aux domiciles cherchent du personnel.

Enorme pénurie d’infirmières, mais aussi d’aides-soignants, d’auxiliaires de vie, assistants de vie, sans parler des médecins coordonnateurs et des directeurs… partout l’hémorragie s’aggrave, un an après un engagement sans famille de ces mêmes professionnels face à l’épidémie de Covid 19.

Un an que le Ségur de la Santé est venu revaloriser substantiellement les salaires
… mais avec des retards importants dans les crédits alloués notamment aux acteurs privés associatifs et commerciaux.

Un an que les organismes tiennent, tiennent… mais jusqu’à quand ?

Ils tiennent et maintiennent leur label Humanitude estimant que le cadre libère”
. Ces labellisés s’engagent à respecter l’intimité et la sexualité des habitants avec des portes de logement sanctuarisées, des lits doubles médicalisés, des préservatifs et autres sex-toys disponibles, possibles… En échos aux 32 propositions du
Cercle Vulnérabilités et Société
dans une note joliment intitulée “« Être soi jusqu’au bout de la vie en établissement et à domicile. Les seniors LGBT+,
éclaireurs d’une révolution de l’intime”.


Ces établissements et services tiennent et cherchent des pistes, des fiches, des outils, des vidéos pour mieux coordonner les soins jusqu’au dernier souffle de vie.

Ils tiennent mais l’arrivée de variants au Covid, l’exigence du Pass sanitaire pour limiter les contaminations auprès de personnes particulièrement vulnérables, fait craindre le risque de licenciement.

Un comble dans un secteur notoirement sous-doté, sous-financé, qui risque encore de voir s’affaiblir son attractivité.

Décidément : impossible de faire rimer postes vacants avec licenciements… alors que notre secteur est source d’attentes, de besoins, de services porteurs de sens jusqu’au bout de la vie.

Comment sortir par le haut de cette situation ? Par la vision de services et de lieux alignés sur nos valeurs républicaines ?
Le gouvernement vient de publier ce 20 juillet un protocole de retour au droit commun” en établissement pour personnes âgées comme ailleurs.
Sortir par le haut en considérant les crédits nécessaires pour le grand âge comme un investissement rentable au regard de l’activité générée et des coûts évitables de la non-qualité ?
Tous les acteurs témoignent de l’urgence d’une loi Grand Age/​Autonomie/​Générations Solidaires financée, mobilisatrice, inspirante.

Alors ces postes vacants” rimeront à nouveaux avec recrutements” de ces merveilleux métiers du lien !

Pour les personnes en situation de vulnérabilité aujourd’hui. Pour les décideurs d’aujourd’hui et de demain.

Partager cet article
Tags