Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Pas de pass pour la loi Grand âge

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 28/07/2021

0 commentaires

En cet été qu’on espérait plus tranquille pour les professionnels de l’aide aux personnes âgées en situation de vulnérabilité, premières vaccinées, voici que des variants hautement contaminants impose l’arrivée du pass sanitaire, en Ehpad notamment.

Avec l’obligation vaccinale pour les soignants dont les postes d’infirmiers et d’aides soignants restent en tensions extrêmes alors que la ministre du Travail Élisabeth Borne prévient : Il ne faut pas laisser croire aux salariés qu’il ne peut pas y avoir de licenciements”.

Le pass sanitaire se généralise donc comme un pass à vivre face aux variants de ce virus qui recontaminent à tour de bras et envoient à l’hôpital des patients plus jeunes et non vaccinés.

Un pass qui bouscule notre conception de la liberté individuelle alors que nous sommes fondamentalement des êtres sociaux.

En société : la liberté est contraignante. Elle s’arrête là où commence celle des autres, régulée par notre cadre législatif, réglementaire.

Il faudra donc un pass pour assister à un Café Sexo en Ehpad. Loccasion pour la sexologue Véronique Agrapart, intervenante à l’Ehpad Les Mimosas à Commequiers en Vendée (labellisé Humanitude) de rappeler la liberté fondamentale de disposer de son corps, dans son intimité, tout en protégeant tout abus notamment sur les personnes en situation de vulnérabilité. Un grand tabou reste ces abus subis au cours de la vie dont les symptômes peuvent venir traumatiser les vieux jours. Encore une preuve du niveau de professionnalisme requis pour ces réalités humaines.

Il faudra un pass sanitaire aux professionnels de l’aide aux domiciles pour déployer leur professionnalisme et bénéficier des attentions de leurs employeurs, de leurs CARSAT pour leur qualité de vie au travail.

En revanche pas besoin de pass pour se mettre en conformité avec le règlement général sur la protection des données (RGPD).

Pas de pass sanitaire non plus pour les robots sociaux, animaloïdes, humanoïdes… quoique. Eux aussi devront respecter les gestes barrières !

Ce pass sanitaire nous ramène à nos droits, à nos valeurs républicaines, à ce que nous sommes prêts à accepter pour vivre ensemble, en société, en pleine épidémie, au lendemain du jour du dépassement” des ressources de notre terre.

Cette crise sanitaire met aussi en lumière nos manques et les besoins criants dans un secteur notoirement sous-doté. 

Or visiblement il n’y aura pas de pass pour la loi Grand âge — autonomie — Générations solidaires pourtant annoncée à l’été”. 

Rendez-vous alors les 7 et 8 septembre prochains, avec le pass sanitaire, aux Assises des Ehpad à Paris, puis les 4 et 5 novembre pour notre colloque annuel Agevillage/​Humanitude sur les approches non médicamenteuses. Vous avez l’heure. Nous avons le temps…

Un joli programme à méditer pendant l’été, que je vous souhaite néanmoins ressourçant.

Partager cet article
Tags