Agevillage

SLD, PATHOS et hara-kiri. Comment faire encore des économies de santé ?


Partager :

Commencez par nier la nécessité des Soins de Longue Durée (SLD) comme vous l’avez fait en Psychiatrie. Insinuez que les SLD ne devraient plus exister car ils ne sont qu’une simple survivance des hospices. Caressez ainsi dans le sens du poil. Participez de la sorte au déni collectif et individuel envers une situation de plus en plus fréquente dans les dernières années de la vie. Dites, contre toute évidence et en dépit des études qui vous contredisent, que les résidents des maisons de retraite sont les mêmes que ceux des LongsSéjours. Appuyez-vous alors sur les difficultés des maisons de retraite qui s’étonnent de voir 30 % des dépenses attribuées aux SLD alors que ces derniers nereprésentent environ que 17 % des lits d’hébergement.Proposez des conventions tripartites pour éliminer le maximum de SLD. Voyant que cela est loin de marcher, passez à la procédure suivante.Prenez un outil fort intéressant et fort bien présenté en France et en Navarre par un collègue éminent : PATHOS. Ne l’appliquez surtout pas aux EHPAD,il pourrait y avoir des surprises. Peu importe qu’il soit assez onéreux à l’ordinaire : distribuez gratuitement le logiciel aux directeurs d’hôpitaux, pas aux médecins. Ces derniers seront de simples commissionnaires. Demandez aux médecins des SLD de faire une coupe dont on peut dire qu’elle sera sombre. Prévenez-les qu’il y aura un partage de leurs services. Qu’il devrait être drastique. Voulant faire passer la pilule, ne laissez pas trop entendre qu’il pourrait y avoir augmentation des capacités, même sur ces critères restrictifs, s’ils étaientappliqués à toutes les institutions françaises d’hébergement.Faites vite avant que chacun ait réalisé ce qui se passe. Peu importe que l’on ait attendu depuis dix ou douze ans une réforme éventuelle. Ne dites jamais que des postes pourraient être supprimés. Par ces temps de CPE où la vitesse a été confondue avec la précipitation, la suppression d’emplois occupés par des jeunes gens serait du plus mauvais effet.Trêve de plaisanterie : j’invite mes collègues à garder pour eux-mêmes les résultats de leur coupe et à créer un collectif français de défense des SLD.



mis à jour le

LIRE AUSSI

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -