Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Comme une grande envie d'envies

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 10/11/2021

0 commentaires

Après une phase aiguë de la crise covid, alors que les postes restent vacants, que les difficultés restent réelles, alors que la loi Grand âge maintes fois promise a encore été repoussée, au grand dam de la FHF notamment, force est de constater que les évènements de la profession font le plein.

Des assises au Défi autonomie en passant par SantExpo jusqu’à notre colloque annuel Agevillage/​Humanitude sur les approches non-médicamenteuses qui a réuni 800 professionnels de terrain sur le thème du temps que l’on a, que l’on a pas, que l’on questionne, qui nous questionne… Tout le monde a envie de se retrouver, de se ressourcer, de mobiliser l’art, la culture pour dynamiser l’envie. Mais aussi prendre le temps du recueillement au regard des deuils vécus dans nos têtes avec tous ces projets avortés, deuils dans nos chairs, dans nos coeurs avec avec ces relations empêchées : merci aux participants du colloque pour cette minute de silence en mémoire aux morts de la pandémie.

Mais l’envie est là, elle bat sous la contrainte. L’envie d’être fier des solutions proposées pour aider à vieillir debout, malgré tout, jusqu’au bout. Je suis fière cette semaine de la présentation de mon nouveau livre Vieillir debout : ils relèvent le défi — Le Label Humanitude. Il dresse le portrait de ces pionniers inspirants et motivants. C’est une suite au guide pour les proches aidants qui vient d’être mis à jour et réédité : J’aide mon parent à vieillir debout chez Chronique Sociale. Merci aux Défis de l’Autonomie de Saint Etienne de m’avoir récompensée d’un Trophée des auteurs.

Les professionnels de la gérontologie, de la gériatrie ont envie d’avoir envie… de proposer des solutions alléchantes côté nutrition, en cette semaine de lutte contre la dénutrition.

L’envie de Lieux de vie-Lieux d’envies qui respectent l’intimité, la singularité, avec des logements, des chambres conçues par les habitants eux-mêmes.

L’envie de trouver des solutions face aux risques professionnels avec plus de 2,3 millions de journées de travail perdues dans le secteur de l’aide et soins à la personne. L’envie d’être heureux au travail pour rendre heureux.

L’envie d’avoir envie de participer à l’adaptation de notre société à son vieillissement, concrètement. L’appel à projet Tiers Lieux de la CNSA vient ainsi de voir arriver plus de 300 dossiers de toute la France.

A n’en pas douter, au regard des enjeux démographiques, démocratiques, numériques, écologiques qui s’annoncent, les professionnels du secteur du grand âge veulent partager leurs envies, leurs attentes, leurs demandes aux candidats à l’élection présidentielle.

Ces candidats veulent incarner les valeurs de notre République et leur vision. A nous de défendre notre utopie, notre rêve désespéré : aider à vieillir debout, malgré tout, jusqu’au bout !

Partager cet article
Tags