Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Crise covid : ne pas s'habituer au niveau de non-qualité

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 12/01/2022

0 commentaires

Ce début d’année 2022 voit la crise sanitaire covid se tendre à nouveau, avec des contaminations accrues dans les équipes dans tous les services et établissements, des difficultés pour suivre les consignes pour les enfants scolarisés.

Quelle tristesse de voir que 15 % des infirmiers envisagent de quitter la profession dans l’année. L’Igas propose des recommandations pour renforcer l’attractivité du métier et la montée en compétences des infirmiers, vers les IPA (infirmiers en pratique avancée).

Face aux pénuries de personnels, des pistes peuvent aussi être activées du côté de Pôle Emploi. AFPR, POEI, POEC, AIRE… : nous vous présentons cette semaine ces sigles explicités par Audrey Pérocheau, directrice France des dispositifs de formations chez Pôle Emploi.

Pour autant les professionnels et leur fédération ne baissent pas les bras.

C’est le cas de l’ADMR qui lance sa propre expérimentation après les Drad
, concernant la place des Saad pour un soutien renforcé à domicile.

Les Gérontopôles vont travailler à leur feuille de route au service de leurs territoires.

Nous vous invitons à découvrir la musique corporelle présentée par Barth Russo
parmi les approches non médicamenteuses disponibles.

Du côté des structures labellisées Humanitude, j’en dresse leur portrait dans mon nouveau livre qui vient d’arriver en librairie. Retrouvez les témoignages en visio de deux d’entre elles lors du webinaire de lancement.

Absentéisme/​attractivité, fuite des professionnels/​sens et qualité de vie au travail, situations à risque de maltraitance/​bientraitance et qualité du prendre soin, accompagnement debout, malgré tout, jusqu’au bout au regard des tensions vécues cruellement…

On le voit : ces enjeux impliquent un engagement individuel mais aussi collectif en cette année d’élections, alors que la loi Grand âge a été reportée, et que le PLFSS 2022 ne pourra pas porter toutes les avancées. 

On le voit : ces revendications éthiques et pratiques vont être défendues par professionnels qui ne vont pas manquer d’interpeller les candidats nationaux et locaux. Ils sont rejoints par les personnes concernées (associations des personnes qui avancent en âge, leurs proches aidants, collectif Cnav…)

On le voit : personne ne veut s’habituer à la non-qualité qu’impose cette crise sanitaire.

Et c’est tant mieux ! 

Partager cet article