Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Quand Cnav devient Conseil national autoproclamé de la vieillesse

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 01/12/2021

2 commentaires

Les liens santé-société s’imposent dans le débat public, notamment en cette 5eme vague de la pandémie de covid-19.

Qu’a‑t-on appris des vagues précédentes ? Des familles de résidents d’Ehpad tirent la sonnette d’alarme alors qu’à nouveau, des établissements ferment, que les visites sont interdites avec des effets délétères sur la santé psychique des uns et des autres. 

Notre démocratie confinée, endeuillée, ne parvient toujours pas à « créer les concertations nécessaires entre la cité et ceux dont la mission professionnelle est de soigner et d’accompagner, afin de parvenir à établir et à énoncer des principes d’action compatibles avec les valeurs partagées et leurs exigences concrètes » insiste le professeur d’éthique Emmanuel Hirsch dans son dernier livre.

Les premiers concernés par les enjeux du vieillissement donnent (enfin) de la voix.

Notre pays s’est doté pour les personnes en situation de handicap d’un CNCPH : Conseil national consultatif des personnes handicapées. Il est placé auprès du ministre chargé des personnes handicapées, et intervient sur les différentes politiques publiques avec l’appui logistique du secrétariat général du Comité interministériel du handicap (CIH) et des services de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS).

L’acronyme Cnav ne veut pas dire ici Caisse nationale de l’Assurance vieillesse mais Conseil national autoproclamé de la vieillesse.

Ce collectif est initié par Francis Carrier (Grey Pride), Eric Favereau (journaliste, association VIF : vieux inégaux fous), Nicolas Foureur (médecin, fondateur de Vieuxetchezsoi) et Véronique Fournier (médecin et présidente-fondatrice de La Vie Vieille).

Ces citoyens veulent secouer les politiques publiques en interministériel dans les domaines de l’habitat, l’urbanisme, la mobilité, la culture, les finances, l’accès aux droits… comme le CNCPH.

L’alignement des politiques s’impose en effet de plus en plus : les décideurs politiques et les professionnels en première ligne, le national et le local, la filière sanitaire, sociale et médico-sociale, la place du vieillissement dans notre société âgiste, les formes d’habitats : des domiciles y compris en établissement, etc. 

Je pense aussi l’alignement de la transition démographique avec la transition climatique. Au 1er janvier 2022 de nouvelles mesures des lois EGalim, Agec et Climat & résilience entrent en vigueur avec l’objectif de 50 % de produits de qualité ou locaux, dont 20 % de bio dans les assiettes tout en divisant par deux le gaspillage alimentaire. La rédaction a donné la parole à des experts pour vous proposer des pistes et outils attendus par les citoyens de tous âges.

Parce que les acteurs du grand âge ne baissent pas les bras. Dysphagie, escrime, fin de vie : les professionnels continuent d’innover à tout va. Ainsi l’offre de relayage, de baluchonnage pour un répit professionnel, à domicile, des proches aidants se précise mais cherche encore son modèle économique.

De notre côté, nous vous donnons rendez-vous le 16 décembre à 19h pour le dernier webinaire Humanitude sur le temps ; et le 7 janvier j’aurai le plaisir de vous présenter mon livre Vieillir debout, ils relèvent le défi : le label Humanitude chez Chronique Sociale qui sera tout juste disponible en librairie.

Saluons ces initiatives citoyennes portées par des professionnels et des citoyens concernés. #RienPourLesVieuxSansLesVieux.

Longue vie au Cnav !

Partager cet article
Tags

Annie de Vivie

Bonjour madame
Merci de l'intérêt que vous portez à nos propositions, au label Humanitude.
Peut-être pouvez-vous aller voir les établissements labellisés et engagés vers le label Humanitude autour de vous.
www.lelabelhumanitude.fr.
Mme Margand, la directrice des formations Humanitude en région Rhône Alpes (Institut Gineste-Marescotti RHône Alpes) peut aussi échanger avec vous : Tél : 09 67 26 99 74 / 06 32 78 36 55 - b.margand@humanitude.fr
Enfin l'association Asshumevie qui a créé et délivre le label a toujours besoin de soutiens, pour déployer, communiquer, informer sur le label et la possibilité de vieillir debout, jusqu'au bout, partout, malgré tout
Très cordialement

Mme Fontanilles

Bonjour, j'habite la region lyonnaise et je viens d'entendre Mme Fournier Veronique, sur France inter, il y a longtemps que ce système d'ephad me déplaît j'ai vu des anciens de ma famille en résidence et c'est vraiment triste!
Je suis depuis peu à la retraite et votre initiative m'intéresse.
Cordialement IFontanilles

Sur le même sujet