Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Pas de loi Grand âge : cap vers le PLFSS et la présidentielle

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 08/09/2021

0 commentaires

C’est confirmé : il n’y aura pas de loi grand âge dans cette mandature, malgré l’engagement répété d’Emmanuel Macron.

Pas plus qu’il n’y en a eu sous le mandat de Nicolas Sarkozy, ni sous François Hollande où a été voté la loi ASV, d’adaptation de la société au vieillissement.

Plutôt qu’une mini-loi de fin de mandat, autant se tourner vers le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2022, estiment les intervenants des Assises des Ehpad, et surtout se préparer à peser dans la campagne présidentielle.

Sachant que la réforme du Grand âge est lancée, a soutenu Brigitte Bourguignon. Pour les droits des plus âgés en situation de vulnérabilité avec la charte pour faire face aux dilemmes éthiques. Pour l’attractivité des métiers du grand âge : avec un point du Plan métiers porté par Michel Laforcade et une campagne de communication lancée cette semaine sur les réseaux sociaux… alors que les candidats se font toujours attendre (en moyenne 3 postes d’aides-soignants et AES et 1 poste d’infirmier manquent par adhérent de la Fnadepa).

A court terme les yeux sont braqués vers le PLFSS 2022 pour des crédits recrutements, rémunérations, moyens (ne serait ce que pour se mobiliser sur les 2,1 milliards du plan de relance), pour une campagne de communication d’envergure sur les métiers, pour réformer le régime des autorisations et permettre le déploiement des Ehpad plateformes, pour professionnaliser l’accompagnement des personnes âgées atteintes de la covid-19 à leur domicile

Mais le PLFSS ne peut pas tout : il ne peut pas orienter la gouvernance encore trop compliquée sur les territoires, ni la réforme de l’aide-sociale.

Que veut notre société pour son grand âge ?
La loi prévue ne le dira pas.
Cap vers la présidentielle.

Partager cet article
Tags