Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Pour une planification écologique et démographique, Madame Borne

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 18/05/2022

0 commentaires

Face aux pénuries de personnel qui s’aggravent partout sur les territoires, les professionnels de la santé ne veulent pas sombrer dans le catastrophisme mais réclament un plan d’actions structuré et doté sur le court, moyen et long terme.

Comme un écho avec la planification écologique que le Président de la République a confié directement à la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne.

Il y a urgence à planifier et agir donc sur les métiers du grand âge, sur leur qualité de vie et conditions de travail pour limiter la sinistralité et aussi sur leur sens, leur attractivité (côté rémunérations aussi, même si les Ségur, accords Laforcade et autres conférence métiers ont permis des avancées) et donc financements.

Il y a urgence à planifier et agir pour aligner les attendus qualité que les scandales ont mis en lumière avec les réalités concrètes du prendre soin. Les professionnels du médico-social ont découvert les 157 critères du référentiel HAS et vont avoir besoin d’aide pour planifier la mise en œuvre de leur démarche qualité, avec quels moyens ?

Il y a urgence de planifier et d’agir pour répondre à la transition démographique qui va aller en s’accélérant avec l’arrivée en 2030 aux âges avancés des babyboomers. Voir cette semaine le zoom sur les portages de repas dans le panel des services attendus et à professionnaliser ; et sur les approches non-médicamenteuses que nous développerons à nouveau en novembre prochain autour des lieux de vie-lieux d’envies.

Il y a urgence à oser affronter les situations les plus compliquées, localement, nationalement, comme un hôpital « Alzheimer friendly » (avec un appel à projet associé dans nos brèves cette semaine) car qui peut le plus peut le moins, partout sur les territoires. C’est ce que j’ai tenté de partager à l’Odas pour les Assises des Solidarités du département de l’Eure récemment.

Rien à faire, il faut aligner planification écologique et planification démographique. Les réalités se télescopent : mêmes urgences, mêmes exigences et mêmes intérêts à investir pour limiter, voire prévenir la sinistralité et aider à vieillir debout, malgré tout, partout, jusqu’au bout.

Les professionnels du grand âge sont là. Ils ne versent pas dans le catastrophisme. Mais pour combien de temps ?

Ils ont besoin de votre engagement, madame Borne !

Partager cet article
Tags