Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Dans l'attente des chiffres des décès aux domiciles

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 22/04/2020

0 commentaires

Le Covid-19 touche tous les lieux de vie

Les chiffres tombent tous les jours : nombre de personnes contaminées par le Covid-19, nombre de décès à l’hôpital, en Ehpad, nombre de professionnels décédés (la barre des 20 000 morts est dépassée avec 20 796 personnes décédées dont 7 896 dans les Ehpad et établissements médico-sociaux), nombre de personnes guéries, de tous âges.

Ces chiffres macabres sont centrés sur les hôpitaux, les Ehpad, sans recul. Ils renforcent les culpabilités des soignants qui auraient fait entrer le virus” dans des Ehpad, dont l’image de mouroir est renforcée par ces chiffres.

Ces chiffres agitent les peurs : peur d’être contaminé, de contaminer, peur de manquer de protections, peurs de ne pas pouvoir faire face, peurs de devoir faire face au pire… Or on le sait, la peur est plus contagieuse encore que le virus.

Comment rassurer sur le fait que les professionnels font le maximum avec les moyens disponibles ? Les médecins coordonnateurs comme le Dr Marissal, les ergothérapeutes disent leur engagement auprès des anciens. Ils disent leurs attentes aussi face aux urgences.

Comment montrer l’agilité de ces établissements et services devant des recommandations qui s’ajustent chaque jour aux nouvelles informations scientifiques, aux moyens plus ou moins disponibles ? Il s’agit d’entendre, d’écouter et de travailler les peurs. La rédaction d’agevillagepro.com répertorie les ressources en psychologues, coachs qui proposent des services gratuits, individuels et collectif.

Des chiffres qui tombent chaque jour, anxiogènes mais qui ne parlent pas du secteur invisible des domiciles : combien de décès dus au Covid-19 ? Combien d’intervenants au front, en première ligne ? Quelles stratégies de reconnaissance y compris salariale pour ces services en amont et en aval des hospitalisations ?

Combien de tests, de protections disponibles pour tous ces acteurs en première ligne ? La rédaction met à jour les systèmes D autour des approvisionnements. Et combien de formations pour savoir utiliser ces mesures de protection indispensables (masques, surblouse, charlotte, lunettes) ?

Combien de tests pour quelles stratégies d’adaptation ? Combien de visites possibles en Ehpad alors que les recommandations sont à peine finalisées (voir ces initiatives autour des « causoirs » contre l’isolement) ?

Quelles protections pour les soignants eux-mêmes, pour leurs voitures comme le conseille la gendarmerie ?

Quelles primes pour ces professionnels du médico-social qui sont pris dans le feu des négociations entre l’état et les départements ? « C’est intolérable, ces personnels méritent ces primes exceptionnelles » s’insurge Pascal Champvert, président de l’AD-PA, qui demande l’instauration du volet financier de la future loi Grand âge, immédiatement, par ordonnance.

Et comment prendre les décisions annoncées à la télévision le dimanche pour ré-ouvrir des Ehpad que l’on avait confiné si vite, si fort, sans stratégie d’adaptation ? Aux professionnels encore de mettre en oeuvre, dans l’urgence les recommandations-injonctions qui tombent en cascade parfois contradictoires.

Si les chiffres aident à tisser la communication, la confiance, indispensables, ils traduisent aussi le retard français dans l’adaptation de la société à son vieillissement.

La loi Grand âge, maintes fois repoussée, est attendue. Pour sauver le domicile notamment.

Avec des chiffres.

Partager cet article
Tags