Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Urgences grand âge alignées avec les urgences climatiques

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 05/10/2022

0 commentaires

La situation est intenable dans les services, les établissements, les métiers du grand âge.

Après l’AD-PA et la Fnaqpa, l’Uniopss, Nexem, la Fehap, la Mutualité Française et quatre autres organisations la semaine dernière, c’est la Fnadepa ce 4 octobre qui a mobilisé 18 000 personnes.

Toutes les parties prenantes sont brûlées : les vieilles personnes, les proches, les professionnels sur les territoires. Les coûts de la non qualité explosent (absentéisme, pathologies, recours aux urgences), l’inflation s’emballe, les coûts de l’énergie s’envolent et étranglent.

Même la Cour des comptes reconnait les manques face aux besoins démographiques. L’Anap apporte 10 conseils pour alléger les factures d’énergie.

Les professionnels accompagnent les situations humaines les plus complexes (les vieillesses irrégulières, les indésirables” que notre société ne veut pas voir).

Mais les professionnels ne veulent plus être complices du prendre soin proposé. Un indicateur ? 43 % des directeurs envisagent de quitter le métier à court ou moyen terme, hurle la Fnadepa. Les postes restent désespéramment vacants avec l’ouverture de pistes tous azimuts (comme cette semaine l’apprentissage pour les aides-soignantes).

Quant aux décideurs, aux financeurs, ils sont comme tétanisés devant l’enjeu. Les enjeux.

Car les défis se cumulent.

Le défi démographique et le défi climatique vont s’accélérer à partir de 2030.

Or la loi grand âge n’est plus à l’agenda. D’autres lois le sont. Pourquoi ? Comment peser ? 

Les professionnels du grand âge, les familles, les plus âgés se structurent. Les mobilisations enflent.

Merci à eux de ne pas baisser les bras.

A leurs côtés.

Partager cet article
Tags